Comprendre et Agir

Accueil>Les établissements > L'établissement médico-social > Fonctionnement d'un établissement médico-social>

ARTICLE ET VIDEOS sur une structure accompagnant des enfants avec autisme (3/3)

ARTICLE ET VIDEOS sur une structure accompagnant des enfants avec autisme (3/3)

Pour lire le début (1/3) de l’article

Pour lire la suite (2/3) de l’article

B- Le projet thérapeutique

Il tient compte de la spécificité de l’autisme et s’y adapte. Il cible les problèmes de communication et de comportement, et tente d’y apporter des solutions en utilisant des supports concrets et en privilégiant les transversalités dans les modes d’intervention.

Ce projet est animé par le Médecin Pédopsychiatre, la Psychologue, la Psychomotricienne et l’Orthophoniste.

Le Psychiatre : il est responsable du projet de soins du service et de celui de chaque enfant en particulier. Il participe aux admissions avec le Directeur. Il pose ou confirme le diagnostic d’autisme. Il a un rôle de prescripteur aux familles.
Il intervient si nécessaire auprès des Médecins de famille et des hôpitaux afin de donner de la cohérence aux soins.

La Psychologue : Elle réalise les évaluations PEP-R (Profil Psycho-Educatif). En collaboration avec l’équipe, elle participe à la régulation des objectifs visés par le projet individuel de chaque enfant en fonction de son évolution. Sur indication thérapeutique ou en concertation avec l’équipe, elle met en place un suivi psychologique pour certains enfants.
Elle reste disponible aux parents pour des temps d’écoute et de parole afin d’apporter un soutien aux familles.

La Psychomotricienne : Elle travaille sur le développement psychomoteur avec les enfants en individuel et en groupe.

Séance de psychomotricité en groupe

Vidéo séance de psychomotricité

L’Orthophoniste : Elle évalue les capacités langagières orales et écrites de chaque enfant et leurs capacités communicationnelles ainsi que toutes les fonctions oro-faciales (praxies, déglutition).

Chacun participe aux réunions de synthèse et aux réunions avec les parents.

La Psychologue, la Psychomotricienne et l’Orthophoniste interviennent dans des groupes transversaux.

A titre d’exemples :

L’Eveil sensoriel : le toucher (animé par la Psychologue et la Psychomotricienne). A l’aide de jeux sensoriels et de manipulations, il s’agit de faire découvrir différentes matières et d’affiner la motricité fine.

A travers ces manipulations, l’objectif est aussi d’amener l’enfant à expérimenter les notions spatiales (dedans/dehors), les volumes, et de développer la perception (reconnaissance d’objets et de matières au toucher, tris, catégorisation…). Il s’agit aussi d’encourager les enfants dans les interactions de groupe.

Groupe de psychomotricité : (animé par la Psychomotricienne et l’Orthophoniste).

Ce groupe vise à favoriser le développement psychomoteur en explorant les capacités motrices de chacun, ainsi que le schéma corporel, les relations au temps et à l’espace à partir de jeux d’échanges, de parcours, de rondes enfantines, en terminant par un temps de relaxation. Le langage est également favorisé par une verbalisation systématique des actions de chacun.

Atelier DNP : Dynamique Naturelle de la Parole (animé par l’Orthophoniste et un membre de l’équipe éducative).

Cet atelier s’adresse surtout aux enfants les plus démunis en terme de communication orale. A travers des jeux de ballon, on essaie d’obtenir de nouvelles productions verbales de l’enfant en symbolisant au niveau du corps le mouvement articulatoire de la zone buccale.

Atelier lecture : (animé par l’Orthophoniste et l’Institutrice Spécialisée).

Prise en charge individuelle de certains enfants afin de tenter un accès à la lecture, à l’écriture et à des notions de nombres.

Apprendre à construire une phrase

Vidéo apprendre à construire une phrase

C/Le projet pédagogique

L’institutrice spécialisée intervient tous les matins (un demi- poste éducation nationale)

Objectifs pédagogiques :

Les objectifs pédagogiques prennent en compte les objectifs généraux (visant la prise en charge globale) comme améliorer l’adaptation à la vie quotidienne, développer la communication, faciliter les apprentissages.

Les objectifs prioritaires sont « négociés » en fonction du projet global et de la demande de la famille.

La pédagogie individualisée, centrée essentiellement sur les possibilités et les besoins de l’enfant, à un moment donné, s’harmonise tout au long de l’année.

Les projets scolaires, en référence aux objectifs de l’école, s’appuient sur la procédure d’évaluation PEP-R de la démarche TEACCH.

Autres missions de l’enseignant :

  • Etablir un bilan scolaire durant la période d’observation,
  • Soutenir l’enfant dans sa scolarité et ses apprentissages,
  • Collaboration avec l’équipe éducative (structures accueillant les jeunes autistes) : constats d’apprentissage, axes de travail communs pour viser la généralisation des acquis…
  • Collaboration avec l’équipe thérapeutique (Psychologue, Orthophoniste, Psychomotricienne) pour échanges interactifs et harmonisation de pratiques…

Les moyens :

travail en équipe avec l’équipe pluridiscinaire : en lien direct avec le projet d’établissement, de la structure ou du service, du projet global individualisé de chaque enfant (lui-même contractualisé avec la famille),

lien avec la famille, l’école…

Mode d’intervention auprès des enfants :

Accueil collectif du groupe : rituels autour des présents, absents, musique, comptines, chansons à gestes, jeux de doigts, météo + lotos sonores, « découverte sensorielles »… avec accompagnement d’éducateurs.

Classe individuelle :

  • Prises en charge pédagogiques individuelles variant de 45 minutes à 5 minutes.
  • Une ou deux prises en charge par matinée.
  • Seuls quatre enfants sur les six sont concernés.

Le mardi matin, temps d’activités transversales :

  • En maîtrise de la langue (lecture, écriture) avec l’Orthophoniste.
  • Sur le thème des jeux d’eau en co-animation avec l’A.M.P.
  • En découverte du monde (approche des quantités et des nombres) avec l’Orthophoniste.

Apprendre à Compter

Vidéo apprendre à compter

Mise en place prochaine du PECS en équipe pluridisciplinaire.

D/ Perspectives futures

Dans les textes officiels, on vise « l’école pour tous », alors pour :

  • Rompre l’isolement,
  • Favoriser l’interaction sociale,
  • Offrir des opportunités d’échanges plus riches (nécessaires à tout processus de socialisation et d’autonomisation),

Nous pensons à une intégration de ces jeunes autistes au sein de l’école.

Une intégration pensée, encadrée, soutenue par une équipe pluridisciplinaire en fonction des besoins de chaque enfant,

Un accompagnement et formation spécifique pour le personnel accueillant.

VI/ LES GRANDES ORIENTATIONS DU PROJET : à court et à moyen terme

La relation aux familles :

Notre idée est de l’intensifier, et surtout d’aller au domicile des parents pour voir avec eux quelles sont les difficultés dans la prise en charge de leur enfant au quotidien, et quelles sont les ressources qu’ils utilisent pour palier à ces mêmes difficultés.

Il ne s’agit pas de dire aux parents ce qu’ils doivent faire mais d’élaborer conjointement avec eux des stratégies, et développer des moyens concrets pour aider à la prise en charge de leur enfant, surtout l’aider à mieux se repérer.

Pour ce faire, il nous paraît important de mettre en place des cahiers de communication avec images ou pictogrammes, que l’enfant emmènera avec lui et utilisera dans ses différents lieux de vie, en priorité famille, institution mais pourquoi pas dans d’autres lieux (famille plus éloignée, magasin, etc…).

https://www.reseau-lucioles.org/wp-content/uploads/IMG/jpg/Cahier_Pecs_redim.jpg

L’ouverture sur l’extérieur

A/ Dans le cadre pédagogique : prendre contact avec une école du quartier où se trouve la structure, et négocier des temps d’intégration ponctuels et accompagnés pour certains enfants susceptibles d’en profiter.

B/ Utiliser toutes les ressources de la ville pour habituer les enfants ne serait?ce qu’à s’y déplacer et repérer quelques lieux.

Utiliser nos sorties des après-midi pour développer un maximum d’échanges avec d’autres institutions ordinaires ou médico-sociales.

C/ Renforcer la collaboration avec les autres structures du département.

Échanger entre professionnels, faire d’éventuelles formations communes, ce sous l’égide de l’association Sésame Autisme 71, partenaire de tous les projets relatifs à l’autisme en Saône-et-Loire.

Être partenaire du centre régional sur l’autisme qui s’est récemment crée, et profiter des derniers résultats de la recherche, tant au niveau médical qu’éducatif, thérapeutique ou pédagogique.

Faire profiter les autres structures de notre expérience, en un mot développer et faire vivre le réseau autisme.

Une remise en question et une adaptation régulièrement programmées :

Ce projet est relu annuellement notamment lors de notre journée de bilan entre les différents professionnels. Il sera modifié si nécessaire dans ses bases ou ses orientations annuelles.

La démarche qualité actuellement en place pourra nous permettre d’analyser les écarts entre le faire et le dire, et de réajuster si nécessaire.

La loi 2002-2 prévoit également une évaluation externe tous les 7 ans.

Enfin nous souhaitons en fonction de nos moyens nous engager dans une supervision régulière avec un organisme qualifié, qui devrait nous permettre de garder du sens et de la cohérence à nos actions grâce à un regard technique extérieur.

Rappel : ce texte a pour objectif de vous décrire concrètement le fonctionnement d’un établissement ayant mis en place un mode d’accompagnement éducatif structuré. L’expérience positive vécue depuis 1996 dans cet établissement, amène son équipe à vouloir partager ses savoir-faire et s’enrichir de l’expérience des autres.

Partager cette page
Retour à "Fonctionnement d'un établissement médico-social"
Retour vers le haut
Retour haut

Nous vous suggérons

Retour haut

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *