Comprendre et Agir

Accueil>Aide à l'autonomie / Education > Apprentissages > Propreté>

L'apprentissage de la propreté chez l'enfant avec autisme

L’apprentissage de la propreté chez l’enfant avec autisme

Règles de base :

  • Implique la disponibilité des parents et de l’entourage, et un consensus entre les différentes personnes intervenant auprès de l’enfant
  • Il faut être patient et persévérant

Quand initier cet apprentissage ?

  • Un apprentissage à lancer en période plus calme pour les parents (pendant les vacances par exemple).
  • Ne pas lancer plusieurs apprentissages à la fois : ne fixer qu’un ou très peu d’objectifs éducatifs en même temps, sinon on risque l’essoufflement et l’inefficacité.
  • Quand l’enfant semble prêt : il faut d’abord bien observer l’enfant, voir s’il peut rester sec pendant un certain temps, repérer les moments où il se mouille.
  • Dans l’éducation structurée, on utilise un objet qui fait le lien avec les toilettes : par exemple une couche, ou une photo des toilettes, que l’on donne à l‘enfant en associant le mot (« toilette », « pipi »…), cet objet étant utilisé par tous les intervenants avec cet enfant.

Des petits trucs tentés par-ci, par-là :

  • Faire boire l’enfant plus souvent,
  • Mettre la couche dans le pot (lorsque l’enfant ne veut faire que s’il a une couche),
  • Habituer l’enfant à aller aux toilettes à heures précises (repérées comme opportunes),
  • Identifier un lieu : les WC, et non une autre pièce.
  • « Panne de couche » : lorsqu’on sent l’enfant vraiment mûr, on peut essayer « la panne de couches » (plus de couche visible dans la maison)…
  • Une première étape peut être de changer l’enfant debout « comme un grand », et non plus sur une table à langer.

Le confort est aussi très important :

  • Placer un rehausseur sous les pieds pour détendre l’enfant (si apprentissage directement sur les toilettes).
  • S’assurer d’une température de confort pour la pièce et pour le siège !

L’attente :

  • Savoir laisser le temps à l’enfant.

Tout succès doit être récompensé et l’accident ne doit pas être puni :

  • En cas de succès, il est important de toujours récompenser (par un objet ou un jeu préféré, une petite friandise, etc). Le fait de tirer la chasse d’eau peut aussi, pour certains enfants, être une « récompense ». Il faut toujours encourager le succès. Ne pas punir lorsqu’il y a « échec » ou accident.

Recourir à des modèles peut parfois être utile :

  • « Petit ours brun va sur le pot »,
  • Série de photos de mise en œuvre.

Auteur : Réseau-Lucioles
Article corrigé par les participants à une séance de mise en commun des pratiques au sein d’un service hospitalier de jour accueillant des enfants autistes (2005)

Partager cette page
Retour à "Propreté"
Retour vers le haut
Retour haut

Nous vous suggérons

Retour haut

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *