Trucs et astuces

Accueil>Collaboration parents-professionnels > Coopération>

Les souhaits des parents et professionnels pour un bon accompagnement

Les souhaits des parents et professionnels pour un bon accompagnement

Conclusion tirée de notre enquête « comment accompagner au mieux, le plus tôt possible, la personne atteinte d’un handicap mental sévère ? » (à laquelle ont participé 150 familles et 50 professionnels).

Les souhaits communs entre professionnels et parents :

  • Favoriser ou renforcer le dialogue et la collaboration entre les parents et les professionnels : indispensable relation constructive pour un accompagnement efficace. Cela peut se « provoquer » notamment par l’organisation de réunions thématiques, de formations ou de sensibilisations vécues en commun.
  • Faire évoluer l’accompagnement éducatif qui est, d’après des parents mais aussi des professionnels, « trop occupationnel » et pas assez « éducatif » ; « trop collectif » et pas assez « individuel » par économie.
  • Favoriser l’accueil à l’école (au moins maternelle)
  • Favoriser la création de petites structures éducatives de 6 à 8 personnes, lesquelles :
    – coûteraient moins cher (« improvisables » dans des locaux existants, possibilité de mise en commun des intervenants paramédicaux avec d’autres structures)
    – seraient davantage à proximité du lieu d’habitation de la famille
    – et sont plus adaptables aux besoins spécifiques des enfants et de leurs familles.

Autres pistes de progrès évoquées par les parents ou les professionnels :

  • Donner aux professionnels la possibilité de se former ensemble, à l’accompagnement des personnes lourdement handicapées : formations aux techniques ré-éducatives ou éducatives spécifiques… Un moyen de fédérer une dynamique de groupe, d’ajuster et de coordonner les interventions.

L’objection fréquente des directeurs d’établissements est que la formation des personnels est rendue difficile parce que les professionnels ne sont pas en nombre suffisant pour se remplacer les uns les autres et à fortiori, pour suivre des formations ensemble. Il y a pourtant des solutions pour contourner cette difficulté…

  • Soutenir les équipes de professionnels par un management de qualité: il en va de la motivation des équipes et de l’élaboration de projets éducatifs pertinents.

Parmi des pistes d’actions à mettre en œuvre sont fréquemment cités : le recours à des spécialistes de l’extérieurs pour ressourcer les équipes, la mise à disposition de plus de moyens humains (pour faire davantage « tourner » les professionnels), la mobilisation des professionnels autour de véritables projets de groupe.

  • Favoriser l’ouverture des établissements aux outils, aux méthodes, aux centres ressources. Cela peut se construire par l’échange d’expériences entre professionnels et entre parents et professionnels, l’échange et/ou le partage de professionnels entre établissements, des formations inter-établissements, la participation à des congrès, colloques, l’intervention de spécialistes pour ressourcer les équipes…
  • Favoriser l’accueil en centres de loisir et l’accès aux loisirs, aux sports, à la culture.
  • Favoriser le dialogue entre le milieu « médical » et le milieu « éducatif ».
  • Développer des moyens pour permettre aux familles de « souffler ».
  • Soutenir davantage les familles par des conseils concrets, particulièrement pendant les premières années de la découverte du handicap mais le reste du temps aussi; La « guidance parentale » séduit notamment beaucoup les familles et des professionnels.
  • Développer des solutions permettant aux parents de préparer l’avenir de leur enfant dans la confiance (lorsqu’ils ne seront plus là).
Partager cette page
Retour à "Coopération"
Retour vers le haut
Retour haut

Nous vous suggérons

Retour haut

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *